Accueil > Français > A noter > Faits marquants > Archives 2005

Fibres de carbone : musclées, intelligentes et sensible (Prix LA RECHERCHE 2004)


Fibres de carbone : musclées, intelligentes et sensible (Prix LA RECHERCHE 2004)

décembre 2004

Verre, carbone, Kevlar : la plupart des nouveaux matériaux sont des fibres. En synthétisant sous cette forme un matériau emblème des nanotechnologies aux propriétés exceptionnelles, les nanotubes de carbone, cylindres constitués d’une ou plusieurs couches d’atomes de carbone, les chercheurs du centre de recherche Paul Pascal à Bordeaux (S. Badaire, A. Derré, M. Maugey, P. Poulin, B. Vigolo, C. Zakri) et du Laboratoire de Physique des Solides à Orsay (P. Launois, V. Pichot), ouvrent la voie à de prometteuses applications.

Idée de l’équipe : créer une fibre par coagulation d’un mince filet d’une solution de nanotubes dans une solution de polymères. Les nanotubes doivent être alignés le plus possible avec la direction de la fibre. Grâce à des ramollissements et étirements répétés, l’écart à l’alignement, vérifié aux rayons X, diminue : de 35° en 2001, il est passé à 10° actuellement, record mondial. Cela leur confère une capacité exceptionnelle à encaisser les chocs. Un autre intérêt de cette fibre est son utilisation comme électrode de très grande sensibilité, car l’enchevêtrement des nanotubes dans la fibre offre une surface conductrice très grande. Un autre encore est celui de se dilater quand une tension électrique (bien plus faible que pour les matériaux existants) leur est appliquée, d’où la possibilité de fabriquer des actionneurs ou des muscles artificiels.

LA RECHERCHE, vol. 381, décembre 2004, p. 42