Accueil > Français > Événements > Séminaires > Séminaires généraux du Laboratoire de Physique des Solides > Archives 2012

Mathis PLAPP

Modèles de champ de phase pour la croissance de structures arborescentes


Résumé

Des structures ramifiées sont omniprésentes dans la nature et
résultent généralement d’un processus d’auto-organisation.
Pour comprendre les mécanismes sous-jacents, des simulations
numériques capables de suivre l’évolution des interfaces ou
surfaces qui constituent la frontière de l’objet sont d’une
très grande utilité. La méthode du champ de phase est devenue
depuis quelques années la méthode de choix pour s’attaquer
à de tels problèmes. Basée sur des équations phénoménologiques
de type Ginzburg-Landau, et conçue à l’origine pour décrire
la dynamique des transitions de phase hors équilibre, elle
s’applique maintenant aussi à de nombreux autres problèmes
à frontière libre. Elle permet de simuler numériquement la
dynamique d’interfaces de manière compacte et élégante.
Après une introduction à cette méthode sur l’exemple classique
de la croissance de cristaux dendritiques, j’illustrerai comment
elle peut être utilisée pour simuler la formation de motifs durant
la digitation visqueuse ainsi que les formes d’équilibre et de
croissance de membranes couvertes de fibres.

Biographie

Mathis Plapp a fait ses études de physique à l’université de Freiburg
(Allemagne) et à l’université Paris Sud. Après une thèse à l’Ecole
Polytechnique et un postdoc à Northeastern University à Boston
(Etats-Unis), il a été recruté au CNRS en 1999. Depuis quelques
années, il dirige l’équipe ’physique de l’irrégularité’ au sein du laboratoire PMC de l’Ecole Polytechnique. Il s’intéresse aux
phénomènes de croissance et d’auto-organisation (pattern formation),
et en particulier à la formation spontanée de micro- et nanostructures
dans les matériaux.

 

Contact

Mathis Plapp
Laboratoire PMC - Ecole Polytechnique
91128 Palaiseau cedex, France

http://pmc.polytechnique.fr/mp/

 
 
Affiche