Accueil > Français > A noter

Jacques Friedel


Jacques Friedel (1921-2014)

 

 

Le Professeur Jacques Friedel est décédé en début de matinée du 27 août dans sa 94ème année.

 

Jacques Friedel est l’un des scientifiques ayant le plus fortement contribué à l’essor de la physique de la matière condensée durant la seconde moitié du 20ème siècle. Il est aussi l’un des principaux acteurs de la reconstruction et du renouveau de la recherche nationale après la seconde guerre mondiale. Des générations d’étudiants et de chercheurs lui doivent l’introduction d’un enseignement universitaire moderne et constamment renouvelé en physique des solides.

 

Ancien élève de l’École Polytechnique et de l’École des Mines, Jacques Friedel a préparé de 1949 à 1952 un PhD en Grande-Bretagne à l’Université de Bristol sous la direction de N.F. Mott. Il rejoint ensuite le Laboratoire de métallurgie de l’Ecole des Mines de Paris où il passe en 1954 son doctorat d’état. Maître de conférences puis Professeur à l’Université de Paris il crée en 1955 avec P. Aigrain et A. Guinier le Diplôme d’Etudes Approfondies de physique des solides. Il fonde en 1959 avec A. Guinier et R. Castaing sur le centre d’Orsay, noyau de la future Université Paris-Sud, le Laboratoire de physique des solides dont l’originalité est la mise en commun des moyens de la recherche. Enseignant chercheur partisan du rapprochement de l’Université avec les organismes de recherche, il invente en 1966 avec A. Guinier le concept de laboratoire de recherche associé au CNRS (le Laboratoire de physique des solides d’Orsay sera le laboratoire associé N°2). Il crée en 1967 la commission de physique des solides du CNRS.

 

L’œuvre scientifique de Jacques Friedel est considérable. Elle concerne principalement la structure électronique de la matière condensée, et plus particulièrement les métaux et alliages. Il a en particulier introduit certains concepts (oscillations de Friedel, règles de somme de Friedel) figurant dans les ouvrages de base de la discipline, écrit un ouvrage de référence sur les dislocations dans les cristaux et fondé une école de pensée ayant guidé de nombreuses générations de physiciens. Ses descriptions simples et élégantes des structures électroniques ont aussi fortement influencé la théorie en chimie des solides. Jacques Friedel a été lauréat de nombreux prix scientifiques dont la médaille d’or du CNRS en 1970. Il était depuis 1977 membre de l’Académie des Sciences ainsi que de nombreuses académies étrangères.

 

L’action de Jacques Friedel a été déterminante pour la structuration de la recherche fondamentale française en assurant la présidence de divers comités et la rédaction de plusieurs rapports et « livres blancs » chargés de conseiller les gouvernements successifs des années 70-80 sur la politique et les financements en matière de recherche et technologie. En 2013 Jacques Friedel a été élevé à la dignité de grand-croix de la légion d’honneur.

 

Très grand scientifique, Jacques Friedel était aussi remarquable pour ses qualités humaines, son ouverture à la discussion et aux échanges d’idées, son souci de permettre à chacun de donner le meilleur de lui-même. Jusqu’à très récemment, il a répondu présent aux invitations du laboratoire et a transmis ses conseils et remarques avec beaucoup de pertinence et discrétion.

 

Orsay le 27 août 2014