Accueil > Français > Actualité

Mathieu Kociak est lauréat d’une médaille de la Royal Society of Microscopy


La Médaille "Alan Agar" de la Royal Society of Microscopy (Grande Bretagne), est délivrée annuellement pour des réalisations scientifiques exceptionnelles dans le domaine de la physique ou des sciences de la vie. Avec cette médaille, la RMS récompense des travaux qui constituent « le fondement d’une unification entre microscopies électroniques et optiques ».


M. Kociak et ses collègues ont joué un rôle moteur dans les dix dernières années pour l’émergence de spectroscopies issues de la microscopie électronique (cathodoluminescence et spectroscopie de pertes d’énergie d’électrons) comme techniques de choix pour la nanooptique. Cela comprend des développements à la fois théoriques et expérimentaux, ainsi qu’un important effort en instrumentation — en particulier la conception et la réalisation d’un système de détection de cathodoluminescence dans un microscope électronique en transmission (STEM).


L’unification des deux grands pans de la microscopie (électronique et optique) est ainsi en cours, en partie motivée par les travaux de M. Kociak et ses collègues.

Figure : Exemple d’utilisation des microscopies et spectroscopies électroniques pour la nanooptique : cartographie de plasmons de surface par deux techniques complémentaires : la spectroscopie de perte d’énergie (EELS) et la cathodoluminescence (CL). A. Image de fond noir d’un nanoprisme triangulaire d’or. B. Imagerie hyperspectrale EELS. On voit clairement deux modes plasmons, l’un à basse énergie localisé aux pointes, l’autre à plus haute énergie sur les côtés du nanoprisme. C. Imagerie hyperspectrale CL du même nanoprisme. Seul le mode localisé aux pointes est visible, démontrant la différence fondamentale entre les deux types de techniques. L’EELS est sensible à l’ensemble des modes plasmons, alors que la CL n’est sensible qu’aux modes dipolaires (modes radiatifs). D’après Losquin et al., Nano Letters (2015).