Accueil > Français > Actualité

Emilie Tisserond récompensée par la Bourse l’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 2017


Emilie Tisserond, doctorante au LPS dans le groupe Corrélations Électroniques et Hautes Pressions, est l’une des lauréates de la Bourse l’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 2017.

Chaque année le programme L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science, un partenariat entre la Fondation l’Oréal, l’Académie des Sciences et la Commission Nationale Française pour l’UNESCO, remet à 30 jeunes chercheuses, doctorantes et post-doctorantes, une bourse afin de les accompagner à un moment charnière de leur carrière (15 000€ pour les doctorantes et 20 000€ pour les post-doctorantes). Cette année, Emilie Tisserond est l’une des 30 boursières qui ont été sélectionnées parmi plus de 1 000 candidates par un jury indépendant composé d’académiciens, qui a tenu à récompenser l’excellence de leur niveau académique, l’originalité de leur projet scientifique, mais aussi leur désir de transmettre leur passion aux plus jeunes.
 
Dans sa thèse, Émilie Tisserond étudie, expérimentalement et théoriquement, le transport électronique en régime quantique dans un matériau à cônes de Dirac : le α-(BEDT-TTF)2I3 (dénoté αI3 par la suite) sous forte pression hydrostatique (P>1,5GPa). Contrairement au cas purement bidimensionnel du graphène sur SiO2, la structure lamellaire tridimensionnelle du αI3 permet de sonder une physique plus proche du point de Dirac. Cependant, la coexistence de fermions massifs et de fermions de Dirac au sein du métal organique aI3 rend la physique particulièrement complexe mais aussi riche et surprenante. Les oscillations de Shubnikov-de Haas (oscillations semi-classiques de la magnetorésistance) dans le composé αI3 sous fortes pressions, très basses températures et forts champs magnétiques (autour de 2GPa, 200 mK et 14T) révèlent des anomalies. En effet, si le comportement périodique en 1/B de ces oscillations à bas champs magnétiques est bien connu et compris, ce n’est pas le cas de la déviation à ce comportement qui apparaît à des champs magnétiques plus élevés (B>7T). Ce type de comportement particulier a été très récemment observé sur des états de surface d’échantillons d’isolants topologiques 3D mais l’effet est plus important dans le αI3. 
 
Émilie Tisserond, passionnée par la transmission du savoir scientifique, enseigne, en parallèle de ses recherches, aux étudiants de médecine et de physique fondamentale, et est impliquée dans la Commission “Jeunes” de la Société Française de Physique. Dans le cadre de sa bourse l’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 2017, elle interviendra dans les collèges et les lycées afin de promouvoir les carrières scientifiques, notamment auprès des jeunes filles.
lauréates de la Bourse l’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 2017

Voir en ligne : Dossier Bourse l’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 2017